Expositions, jardins, théâtre, visites : activités à venir et comptes-rendus…

Beaucoup de retard dans la mise à jour de notre blog ! Vous trouverez dans cet article 2 annonces pour le 3 et le 24 juin et 2 comptes-rendus pour le spectacle Les femmes aussi (28 avril) et la sortie à Albert (6 mai) !

D’abord l’annonce de nos deux prochaines sorties :

pour agrandir l’affiche du 3 juin : cliquer ICI et pour celle du 24 juin : clicquer ICI

Puis le compte-rendu et les photos du spectacle Les femmes aussi, le 28 avril au château et un petit bilan (très positif) de l’ensemble des 15 jours d’exposition sur le même thème au château  du 15 au 30 avril : dans le cadre de Portraits de femmes et en association avec l’ANACR-Oise ;

Ce diaporama nécessite JavaScript.

53 personnes ont assisté à la lecture Les femmes aussi par la compagnie Souffler n’est pas jouer le vendredi 28 avril. La force du texte, la sobriété de la mise en scène, la qualité des comédiens et comédiennes, leur proximité avec le public ont fait de cette lecture théâtralisée un grand moment de théâtre et d’émotion. le débat a permis à Maurice Delaigue, ancien résistant d’évoquer son « travail » : convaincre les jeunes (il avait 14 ans) en leur faisant connaître les poètes de la Résistance ! Les comédiens ont longuement interrogés sur leur démarche : prendre le temps de recueillir des témoignages, demander à un auteur d’écrire un spectacle, à un metteur en scène d ele monter… C’est ce que Souffler n’est pas jouer a fait pour Les femmes aussi, pour un spectacle sur l’industrie de la betterave, sur la batellerie… La soirée s’est terminée autour d’un verre et de nos tartes, quiches et gâteaux …

Sur les 15 jours d’exposition nous avons reçu 322 visiteurs (d’après nos comptages !) et l’aide  de très nombreux adhérents sans compter le soutien de la municipalité et l’aide constante des services techniques de Lamorlaye. Un grand merci à tous !

Merci aussi à la librairie associative Graines de Mots qui nous a permis pendant toute la durée de l’exposition de proposer à nos visiteurs beaucoup de livres consacrés aux femmes Résistantes : ils ont été nombreux à faire des achats. Et Merci au Mémorial de Royallieu qui nous a prêté l’exposition.

Et puisque nous en sommes aux remerciements, nous saluons la magnifique initiative du Festival de Coye la Forêt qui, avec Portraits de femmes nous a permis d’organiser  cette exposition et ce spectacle qui peut prendre une belle place dans les manifestations organisées autour de la journée nationale de la Résistance (la vraie date est le 27 mai, cette année dans le week-end de l’Ascension : l’ANACR-Oise a donc pris un peu d’avance !

Enfin, le compte-rendu et les photos de la sortie du 6 mai à Albert (visite du musée Somme 1916) et dans les environs (visite de plusieurs lieux du souvenir de la bataille de la Somme) ;

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous étions 20 participants et la journée a commencé par la visite du musée de la Somme-1916 situé dans cette ville symbole de la Première Guerre Mondiale. Il retrace la vie des soldats, d’une vingtaine de nationalités qui s’affrontèrent notamment dans des tranchées, sur un front de 45 kilomètres. Nous avons pu découvrir en compagnie de notre guide Carole une quinzaine d’alcôves et des vitrines installées dans un souterrain de 230 mètres, à 11 mètres sous terre, utilisé pendant la Seconde Guerre comme abri anti-aérien. Bruitages, images, et lumières nous ont plongés dans le quotidien vécu par les soldats. Notre guide nous rappelle que l’armée française, déjà engagée à Verdun, se lance dans une opération conjointe avec les Anglais dans la Somme. Le bilan de l’offensive franco-britannique de la première journée de combat est catastrophique : 20.000 anglais sont tués, 40.000 blessés et les lignes allemandes restent quasiment intactes. On comptait sur cette offensive pour en finir avec la guerre des tranchées et retrouver la guerre de mouvement. Cela n’aura pour résultat que de provoquer une guerre d’usure fatale. Au final sur 3 millions de soldats, 400.000 Britanniques, 200.000 Français et 450.000 Allemands seront tués ou blessés. La spécificité  de la Somme est qu’elle fut le symbole d’une guerre internationale. Cette internationalisation continue notamment avec les pèlerinages et les monuments commémoratifs. Ainsi nous nous sommes rendus dans l’après-midi sur plusieurs sites de mémoire. D’abord La Boisselle. Ce trou de mine – nommé Lochnagar – de 92  mètres de diamètres et de 21 mètres de profondeur est la propriété d’un anglais. Il y a 3 ans, on a découvert  sur le site,  les restes d’un soldat.  Cela arrive encore sur les différentes zones de combat. Il en est de même pour des bombes non explosées. Nous en avons vu une dans un champ avoisinant.  Tout le chemin est jonché de couronnes de « Poppy » (coquelicots). Nous apprenons la symbolique des fleurs à la mémoire des soldats : le coquelicot, symbole britannique pour les soldats tués sur le front, le bleuet témoigne de la vie au milieu des champs de bataille,… Puis le Mémorial de Thiepval. Avec ses 45 mètres de hauteur, il est le plus grand Mémorial de guerre du Commonwealth. Nous découvrons sur ces 16 piliers, les plaques de pierre blanche sur lesquelles sont gravés les noms des disparus. Le plus jeune soldat tué avait 14 ans. La moyenne d’âge 25 ans….. Durant notre visite il y a eu une commémoration britannique. C’était très émouvant. Dans le cas où l’on découvre l’identité d’un soldat inconnu, on efface alors son nom sur la plaque de pierre. Enfin le Mémorial terre-neuvien, géré par le gouvernement du Canada, qui donne une vision émouvante et réaliste des batailles grâce au réseau des tranchées qui s’étend sur 30 hectares, sous le regard d’une statue de Caribou. Nous sommes accueillis par un jeune étudiant canadien qui est venu en France pendant 4 mois. Il participe avec ses camarades à l’entretien du site.

Notre sortie se termine. Il est temps de regagner Lamorlaye la tête remplie de ce cours d’histoire sur le « terrain ». Notre esprit vagabonde sur le retour en passant devant les cimetières militaires nombreux (413 dans la Somme). Ce fut une journée émouvante, de partage, de retrouvaille autour de notre pique de midi dans une salle mise à notre disposition par le musée.

 

 

 

 

 

Publicités