Journées du Patrimoine réussies !

Nos manifestations pour les Journées Européennes du Patrimoine, les 16 et 17 septembre, se sont très bien déroulées avec l’aide de très nombreux adhérents et adhérentes de l’ALMA, avant pour concevoir la promenade du matin et l’exposition, pour installer l’exposition au château, accueillir les visiteurs pendant les 2 jours, préparer le verre de l’amitié du samedi après le concert, démonter, ranger, … Tout ceci en parallèle avec l’installation et la tenue de notre stand à la brocante le dimanche !

Le château, qui a accueilli l’exposition et le concert se prête magnifiquement à ce type de manifestations et nous sommes très heureux d’avoir pu nous y installer

Environ 180 personnes se sont rendues au château durant ce week-end du patrimoine pour voir notre exposition ; il faut aussi y ajouter les personnes qui ont participé aux deux promenades, 7 le matin « A la découverte du vieux Lamorlaye, du Calvaire au Château »  et 32 l’après-midi « Le parc du château : histoire et interaction avec le tissu urbain » et toutes celles qui ont assisté au concert (environ 65) et partagé ensuite avec nous le verre de l’amitié que nous avions organisé. Au total c’est donc près de 300 personnes qui ont vu notre exposition.

La promenade du matin mettait en évidence le lien très fort entre la ville en terme de bâti et les débuts de l’installation hippique à Lamorlaye : de la chapelle protestante  ouverte pour nous par Bob et Isabel Farrell (un grand merci !) où on évoque les premiers anglais, Pratt et Jennings, au cimetière où on retrouve, Pratt avec tous ses gendres, tous jockeys, Watkins, Brigland, Bartholomew, puis tout au long du chemin : Jenning en face de la mairie, Bartholomew à la place de la mairie, Watkins après le Caméléon jusque y compris Rose or No, Brigland sur l’avenue de la Libération (avec Flatman) et Voie de la Grange des Près ; là nous évoquons aussi les Torterolo et Carver ; Torterolo que nous retrouvons à la Grande Porte (en compagnie d’Yves Saint-Martin si on veut bien sauter d’une époque à l’autre) ; avant d’arriver au château où c’est Cunnington Georges à droite, Thomas plus à gauche qui nous attendent…

L’heure et sans doute la météo, annoncée plus pluvieuse qu’en réalité, explique peut-être le peu de participants. Mais il y a sur ce parcours une grande part de l’histoire de Lamorlaye avec le cheval !

L’après-midi c’est Andréas Blanchardon, un jeune paysagiste, qui était notre conférencier ; il a fait son mémoire de fin d’études à l’école du Paysage de Versailles sur … le parc du château ! C’est à cette occasion que l’ALMA l’a rencontré. Nous avons commencé la promenade dans la première île du parc d’où nous avions un point de vue totalement différent sur le château. Or c’est bien une des caractéristiques du jardin à l’anglaise que de créer des ambiance différentes qui doivent toucher le promeneur. Andréas Blanchardon nous a parlé de l’évolution du parc, de la philosophie de ces jardins romantiques, des essences, de la structure des différents paysages que recèle notre parc, des problèmes liés à une gestion qui ne tient pas toujours compte de  l’importance des points de vue : l’église, qu’on voyait et qu’on ne distingue plus ; les allées qui longeaient l’eau et qui maintenant coupent la grande clairière à l’arrière du château; des clairières qui rétrécissent car les arbres en lisière avancent comme des bosquets qui deviennent trop denses et avancent eux aussi sur les clairières… Bref après la promenade les participants ne voyaient plus le parc comme avant ! Nous avons terminé par un parcours par l’extérieur (rue de l’église, rue Jean Biondi, rue de la Tenure et rue Michel Bléré)  pour mieux appréhender comment le parc et la ville vivent ensemble : l’évolution du bâti avec de nombreux lotissements et de la végétation faisant qu’ils s’ignorent aujourd’hui alors que la ville s’est construite autour du parc ! Il nous a aussi appris que l’entrée du château était à l’origine sur l’autre façade, ouvrant sur le chemin de Paris à Clermont (notre rue du Vieux Château qui se poursuivait jusqu’à notre route de Gouvieux)

Le concert des Pat’n Co dans la salle jaune du château a eu un très grand succès : beaucoup de monde et beaucoup d’émotion à écouter des chansons qui font elles aussi partie de notre patrimoine commun et sensible. Et pendant que les musiciens rangeaient le plus vite possible leur matériel, le public s’est retrouvé dans les salles vertes : la première pour voir l’exposition, la seconde pour partager un verre de l’amitié proposé par nos adhérentes !

L’exposition de cartes anciennes montrait l’évolution du parc d’abord en grande partie verger avec un dessin à la Française  qui prend de l’ampleur au fil des siècles, coexiste avec un jardin à l’anglaise pour finalement disparaître. En même temps avec l’arrivée de la route royale en 1762 qui déclasse peu à peu le chemin de Paris à Clermont le jardin s’étend jusqu’à la rue Jean Biondi… Des cartes postales anciennes montrant des vues aériennes du centre ville et une présentation des lotissements prélevés sur les propriétés Vigier depuis 1955 (en 1942 c’est le terrain d’entraînement qui est vendu à la Société d’encouragement) complétaient l’exposition. Nous avions rédigé un petit guide mis à disposition des visiteurs que vous pouvez télécharger ICI.

Un énorme MERCI à TOUS !

MERCI à Andréas Blanchardon, aux Pat-n Co, à la municipalité, aux services techniques, à nos adhérents et à tous ceux que nous avons sollicité et qui nous ont donné des information précieuses.

Et MERCI au PUBLIC venu si nombreux !

IMG_2673

une seule photo pour la visite du matin : dans la chapelle protestante.

La promenade de l’après-midi dans le parc…

Et le concert des Pat’n Co…

Et maintenant : à bientôt pour la fête du cheval le 8 octobre et toutes nos autres manifestations : consultez notre agenda et inscrivez-vous !