En mémoire d’Yves Hervé, résistant.

Yves Hervé est décédé le 29 août 2018. Ses obsèques ont eu lieu à La Neuville-Roy, le 3 septembre.

Nous présentons nos sincères condoléances  à sa famille et à ses amis.

Nous saluons avec beaucoup de respect et de tristesse, la disparition de l’homme engagé qu’il avait été et qu’il était resté.

Nous avions rencontré Yves Hervé en mai 2004  et nous l’avions revu plusieurs fois ensuite : cet ancien résistant était un témoin très impliqué auprès des jeunes élèves, collégiens ou lycéens. Il participait à l’organisation du Concours pour la Résistance et la Déportation et allait à la rencontre des jeunes aussi longtemps que cela lui a été possible.

Ses actions pour la Résistance sont citées dans :

  • « De L’intérieur … vient la Force » de Roland Lucchesi, publié en 1984.
  • L’Oise – Septembre 1940 – Septembre 1944 de Jean-Pierre Besse, publié en 2004 : on y trouve les actions auxquelles a participé Yves Hervé et cette notice : « HERVÉ Yves : Né en 1923 à Pronleroy, agriculteur, il entre à l’OCM (Organisation Civile et Militaire ) en 1943, participe à la récupération d’aviateurs et à plusieurs parachutages en 1944 dont celui au cours duquel l’équipe Jedburgh arriva dans le département. Il est aussi en contact avec les FTP et sert de boite à lettres au détachement Jacques Bonhomme. »
  • La revue Témoignage N° 5 de l’ALMA « Au cœur de l’Oise, Yves Hervé, un jeune agriculteur dans la Résistance » a été rédigée à partir de son témoignage recueilli en 2004 et repris avec lui en 2013

En 2004, nous avions organisé une conférence faite par Jean-Pierre Besse sur la Résistance à Lamorlaye et ses environs et nous avions invité plusieurs témoins anciens résistants : c’est à cette occasion  que nous avons fait la connaissance d’Yves Hervé, d’André et Micheline Couvert, de Raymond Zerline, de Lucienne Fabre,..

Le temps du débat avait été trop court et nous avions ensuite rencontré Yves Hervé pour recueillir son témoignage. Nous avions fait de même avec André et Micheline Couvert (ils habitaient à Lamorlaye et ont été ensuite de fidèles adhérents) et avec Raymond Zerline. Lucienne Fabre nous avait donné une plaquette qu’elle avait déjà rédigée (elle a été elle aussi une adhérente très fidèle).

Le témoignage d’Yves Hervé n’a été publié qu’en 2013 avec celui de Raymond Zerline. le témoignage d’André et Micheline Couvert a été publié en 2006.

Au cours de nos rencontres,  Yves Hervé montrait à la fois une grande réserve (tout cela, récupérer des parachutages, cacher des armes ou des aviateurs, servir de boite aux lettres, fabriquer des faux papiers,  était « normal ») et une grande exigence de vérité et d’exactitude. Il gardait aussi intact le souvenir du massacre par l’armée allemande de prisonniers français à Lieuvillers et à Angevillers : ces prisonniers tirailleurs sénégalais avaient été fusillés, contrairement à toutes les « règles » de la guerre, par la Wehrmacht parce qu’ils étaient noirs…

Le témoignage d’Yves Hervé est celui d’un très jeune homme, travaillant sur l’exploitation de ses parents dans une région très rurale. Région qu’il n’avait pas quittée tout comme il était resté agriculteur.

Nous n’oublierons pas la gentillesse de son accueil.

Nous sommes fiers d’avoir eu sa confiance.